Collection « Questions de soin »

Presses Universitaires de France

Page Web de la collection ici

Les Puf accueillent en cet automne 2012 deux collections dédiées aux thèmes de l’attention aux autres et de la vulnérabilité. L’une est confiée à Frédéric Worms, l’autre à Fabienne Brugère et Claude Gautier. Toutes deux proposent de courts textes d’intervention théoriques qui témoignent de la nécessité de penser aujourd’hui d’une nouvelle manière les questions morales, sociales et politiques. Laboratoires de la pensée sur le soin et le « care », elles se placent dans la perspective d’un diagnostic du présent et, en promouvant de nouvelles générations de penseurs, apportent des pistes de réflexion, mais aussi d’action.

Collection dirigée par Frédéric Worms et par un comité éditorial composé de Lazare Benaroyo, Céline Lefève, Claire Marin, Jean-Christophe Mino, Nathalie Zaccaï-Reyners.

Soins et politique, Frédéric Worms, 2012
Cet ouvrage analyse tous les enjeux politiques du soin, au-delà de ce qu’on appelle la politique de soin : chaque dimension du soin (secours et soutien, travail et pouvoir, solidarité, souci) appelle en fait une politique qui traverse toutes les dimensions de nos sociétés et de nos vies. Il ne faut donc pas réduire le soin au seul secours et se demander si « la politique » doit le prendre en charge de façon minimale ou maximale, suscitant les spectres idéologiques du chacun pour soi ou de « l’assistanat ». Il faut au contraire analyser soigneusement les différents aspects du soin, et montrer qu’à chacun d’eux correspond une tâche politique précise. Ainsi, le secours appelle une prise en charge matérielle et sociale immédiate, tandis que le soutien subjectif appelle la construction de cadres ; le pouvoir médical appelle des limites, le travail social une reconnaissance ; la solidarité n’est pas seulement prestation mais aussi liberté et égalité ; le soin est enfin souci du monde, naturel et humain. Ce livre bref, synthétique, vise à ouvrir un nouvel espace de travail théorique et pratique pour le moment présent.
Frédéric Worms est professeur à l’Université de Lille III et directeur du CIEPFC à l’ENS. Il a publié Le moment du soin (Puf, 2010) et codirigé La philosophie du soin (Puf, 2010) avec L. Benaroyo et C. Lefève.

Soins intensifs, Jean-Christophe Mino, 2012
En médecine, la technique est souvent opposée à la relation, en particulier en réanimation et soins intensifs. Cet ouvrage montre que les termes de cette opposition doivent être reposés grâce à une analyse de l’approche du malade au sein d’une unité de soins intensifs. Celle-ci est caractérisée au quotidien par la manière d’agencer un ensemble de tâches : attitude générale, disponibilité, manière de se comporter, de mener l’examen clinique et les examens complémentaires, d’interroger et d’écouter, d’être attentif (ou non) à leur expérience, de répondre et expliquer (ou non), de prendre en compte leur point de vue, d’organiser les décisions, d’éviter de nuire, de prescrire certains traitements, de mettre en œuvre les gestes sur le corps etc.
Ainsi, l’orientation des pratiques techniques à l’égard des patients apparaît comme le fruit d’un véritable travail visant à personnaliser (ou non) les soins. Ces pratiques ne s’inscrivent pas dans le registre d’être « bon » ou « gentil », elles s’ancrent dans l’exercice même du métier et sont constitutives de la professionnalité. Bien différentes d’un supplément d’âme, elles permettent de réaliser l’équilibre qui caractérise l’activité soignante entre objectivation, activisme et compassion.
Médecin chercheur, Jean-Christophe Mino dirige le Centre national de ressources soin palliatif. Ses recherches analysent les pratiques médicales et soignantes, en particulier les problèmes éthiques et organisationnels de la prise en charge des malades graves et en fin de vie. Ces productions ont donné lieu à de nombreux articles et à la publication d’un ouvrage (Prix d’éthique médicale Maurice Rapin).

Devenir médecin, Céline Lefève, 2012
L’analyse philosophique d’un chef d’œuvre d’Akira Kurosawa, Barberousse (1965), qui conte la formation clinique d’un jeune médecin, montre que l’essence de la médecine réside dans le soin, celui-ci comprenant tout autant la compréhension et l’accompagnement des malades que la lutte contre les maladies. Barberousse rappelle aussi que le soin demande d’écouter les récits de vie des malades et de porter attention, selon les termes du philosophe Georges Canguilhem, à la subjectivité de leur expérience vécue. Dès lors, c’est plus largement l’apport de la narration et de la fiction cinématographiques à la formation et à la réflexion éthique de nos futurs médecins et professionnels de santé qui est démontré. L’ouvrage plaide pour une rénovation de la formation médicale dans laquelle cinéma et philosophie s’allieraient pour interroger les pratiques et les relations médicales et pour mieux cerner les fins, les valeurs et les difficultés du soin. Cinéma et philosophie peuvent aider les soignants à imaginer l’histoire et la vie des malades, à les regarder non seulement comme des patients mais aussi comme des sujets psychiques, politiques et sociaux et, dans cette rencontre, à s’exercer à se projeter eux-mêmes en situation de malades.
Céline Lefève est maître de conférences en philosophie de la médecine à l’université Paris Diderot, chercheuse au Laboratoire de philosophie et d’histoire des sciences SPHERE et directrice du Centre Georges Canguilhem. Elle enseigne depuis 10 ans la philosophie et l’éthique aux étudiants de médecine et en soins infirmiers. Elle a codirigé aux Puf La Philosophie du soin (avec L. Benaroyo, J.-C. Mino et F. Worms) et Soin et subjectivité (avec C.-O. Doron et A.-C. Masquelet).

Souffrance et douleur – Autour de Paul Ricoeur, Claire Marin et Nathalie Zaccaï-Reyners, 2013
Cet ouvrage propose une nouvelle édition d’un texte du philosophe Paul Ricœur, intitulé « La souffrance n’est pas la douleur », qui fut à l’origine une conférence prononcée lors d’un congrès de psychanalyse. Il est suivi des échos qu’il a suscités chez des lecteurs philosophes, sociologues ou médecins. Ces lectures mettent en évidence la richesse de ce texte datant de 1992 et la force de ces lignes directrices qui permettent d’interroger à nouveau frais la relation à l’homme souffrant, que ce soit dans le cadre d’une relation médicale ou dans la perspective d’une anthropologie philosophique. Quelle « compréhension du souffrir » est possible et comment la repenser dans le cadre d’une réflexion sur l’éthique médicale et plus généralement sur les enjeux du soin aujourd’hui ? Ce texte dont la profondeur et la pertinence nous offrent des points d’analyse précieux est plus que jamais nécessaire.
Nathalie Zaccaï-Reyners, docteur en sciences sociales, est chercheur au FNRS et professeur à l’Université libre de Bruxelles (Institut de sociologie, Groupe de recherche sur l’action publique). Elle a notamment dirigé Questions de respect (Éd. de l’université de Bruxelles, 2008).
Claire Marin, docteur en philosophie, enseigne en classes préparatoires. Elle est l’auteur de Violences de la maladie, violence de la vie (Armand Colin, 2008), Hors de moi (Allia, 2008) et a dirigé L’Épreuve de soi (Armand Colin, 2003).

La fiche de présentation de la collection est disponible en bas de page.

Documents disponibles

nous contacter

Université Libre de Bruxelles
Institut de Sociologie (CP 124)
GRAP
44, av. Jeanne,
1050 Bruxelles

Secrétariat stephanie cols

scols@ulb.ac.be

+32 (0) 2 650 34 07