• 18 février 2014

    Séminaire Doctoral « Epistémologies des sciences sociales »

    Séminaire doctoral interuniversitaire

    École doctorale thématique en sciences sociales de la Communauté française de Belgique

    Actualités de l’oeuvre d’Alfred Schütz pour les sciences sociales

    Une famille andalouse. Ethnocomptabilité d’une économie invisible.

    par Alain Cottereau (Directeur d’études à l’EHESS)

    Comprendre la lecture d’ouvrages de développement personnel : éléments pour une théorie de la pratique à partir d’Alfred Schültz

    par Nicolas Marquis (Professeur et chercheur, USL)

    A travers l’analyse du processus de réception d’un support particulier, les ouvrages de développement personnel, nous montrerons que la théorisation par Schütz de l’attitude de sens pratique représente une contribution salvatrice pour étudier ce qui se passe dans la transaction entre un lecteur en demande d’efficacité et un texte cousu de promesses, en permettant d’éviter le risque de projections scolastiques de la part du chercheur. Concrètement, il s’agira de montrer comment cette approche permet de remplacer la question « les lecteurs croient-ils à la réalité de ce que les ouvrages leur racontent ? » par une interrogation sur les modes d’enquêtes qui ont cours dans cette attitude de sens pratique, avec une attention particulière sur le moment et la façon dont ces enquêtes prennent fin lorsqu’elles ont livré satisfaction. Il s’agira d’analyser la façon dont les lecteurs se saisissent des attestations de réalité présentes dans les textes (l’argument scientifique, l’argument du vécu, l’argument de la sagesse et de la tradition) afin de leur faire jouer un certain rôle dans un processus de lecture efférente (Rosenblatt), dans lequel il est attendu que la lecture porte à conséquence sur nous-mêmes ou sur le monde qui nous entoure.

    La musicalité des relations sociales comme dimension originaire de l’intersubjectivité mondaine: réflexion pour une petite phénoménologie schützienne de l’étranger

    par Simon Lafontaine (Doctorant, ULB)

    À partir d’un commentaire critique de la phénoménologie de Bruce Bégout et en particulier du statut qu’elle confère à la figure de l’étranger dans la compréhension de l’origine authentique du quotidien, cette communication revient sur l’essai « The Stranger » (Schütz) afin d’approfondir la figure de l’étranger à partir de certaines des thèses principales de la sociophénoménologie de Schütz et afin d’explorer certaines intuitions du texte schützien laissées de côté par Bégout. Dans un premier temps, nous montrerons que le procès de familiarisation et d’habitation d’un nouveau monde qui s’engrène dans la vie de l’étranger est difficilement compréhensible si on suit la voie proposée par Bégout, où il correspond à un processus visant à refouler l’inquiétude originaire devant l’étranger et à oublier l’origine du processus lui-même par l’instauration d’une familiarité expansive. Nous y opposerons une autre hypothèse, qui fait droit aux fondations musicales de la sociophénoménologie de Schütz. Il s’agira de comprendre la constitution d’une familiarité typique et habituelle dans un nouveau monde comme un processus d’interpénétration des horizons du monde antécédent dans le présent vivant des relations avec les membres de la communauté d’accueil.  Ces développements permettront notamment de rappeler, contre Bégout, que l’étranger de Schütz n’est pas qu’un « étranger théorique », mais qu’il s’éprouve lui-même dans les directions de sens que prend sa vie.


    Lieu & Horaire

    Mardi 18 février 2014, 14H-18H00

    Salle Henri Janne, Institut de Sociologie, avenue Jeanne 44, à 1050 Bruxelles, ULB

    Coordination

    Coordination du séminaire: Bruno FRÈRE, Marc JACQUEMAIN, Frédéric CLAISSE et Jean-François ORIANNE (ULg), Jean-Louis GENARD, Nathalie ZACCAÏ et Marta ROCA I ESCODA (ULB). Mathieu BERGER , Jean de MUNCK, et Thomas PÉRILLEUX (UCL)

    Documents disponibles